Lettre ouverte à l’attention de Madame El Khomri : prostitution dans le 18ème arrondissement

A l’attention de Madame Myriam El Khomri, 

Adjointe au Maire de Paris
Chargée de la Prévention et de la sécurité

Conseillère du 18ème arrondissement
Déléguée à la Prévention et à la Tranquillité publique

Profession : Assistante parlementaire
E-Mail : myriam.elkhomri@paris.fr

 

Bonjour,

Je lis dans un article en ligne dans lequel vous êtes interviewée pour faire la promotion des zones de sécurités prioritaires que celles-ci serviront entre autres à améliorer la lutte contre le proxénétisme et la traite des êtres humains dans Paris. http://www.paris.fr/accueil/actualites-municipales/la-zone-de-securite-prioritaire-un-mobilisation-de-tous-pour-plus-de-securite/rub_9656_actu_123481_port_23785

Or, en vous lisant et notamment en lisant cette phrase : “La Goutte d’or rassemble 25 000 habitants et concentre un mille feuilles de problématiques : proxénétisme et traite des femmes (100 à 150 prostituées sont  présentes en permanence sur le quartier)“, je crains que vous fassiez un amalgame entre la lutte contre le proxénétisme et la lutte contre la présence de prostituées dans le quartier.

Je vous serais gré de bien vouloir me rassurer sur le fait que vous ne mélangez pas l’un et l’autre et de m’expliquer exactement en quoi consistera cette lutte contre le proxénétisme dans le quartier.

J’espère qu’il s’agit bien d’une lutte contre le travail sexuel forcé et non une lutte contre la prostitution qui je vous le rappelle est en tant que telle une activité toujours légale en France.

Cordialement,

Thierry Schaffauser

Candidat EELV pour les municipales à Paris et ex-travailleur du sexe

 

Advertisements

Halte aux arrêtés anti-prostitution

Mon texte sur Mediapart aujourd’hui :

http://blogs.mediapart.fr/blog/thierry-schaffauser/100513/halte-aux-arretes-municipaux-anti-prostitution

 

Halte aux arrêtés municipaux anti-prostitution !

10 mai 2013 Par Thierry Schaffauser

Madame Esther Benbassa (EELV) a réussi à faire voter il y a quelques semaines au Sénat sa proposition de loi pour l’abrogation du délit de racolage public. Si tout va bien, en 2014 le racolage public sera définitivement dépénalisé. Cependant, en réaction, Christian Estrosi maire UMP de Nice et rapporteur de la loi de 2003 pénalisant le racolage passif, a déjà déclaré qu’il ferait voter localement des arrêtés municipaux pour maintenir l’interdiction de la prostitution de rue dans sa ville.

A quelques mois des municipales, il est donc important que les candidats de gauche s’engagent à ne pas participer localement à une telle politique prohibitionniste. En particulier, le parti socialiste doit clarifier sa position. En effet, il doit cesser cette politique hypocrite qui consiste au plan national de voter la dépénalisation du racolage en disant que les prostituées sont des victimes, pour ensuite les pénaliser sur le plan local, comme c’est le cas à Lyon, où Madame Vallaud-Belkacem faisait partie de l’équipe municipale quand ces arrêtés anti-prostitution ont été votés.

Lyon est une des villes en France où la répression contre les travailleuses du sexe est la plus forte. La mairie les a chassées du centre ville pour les forcer à travailler dans les zones dangereuses de la périphérie. Sur Paris, la mairie doit faire pression sur la préfecture de police. Des arrêtés anti-stationnement sont détournés de leur objectif premier lié au code de la route pour servir des pratiques anti-travailleuses du sexe. Aux bois de Boulogne et de Vincennes, la police applique ces dispositions de manière totalement arbitraire et discriminatoire en embarquant à la fourrière uniquement les camionnettes et véhicules appartenant à des travailleuses du sexe, et en laissant ceux des autres citoyens.

L’argent de la prostitution servant à financer les instances locales à coups d’amendes mène de nombreux travailleurs du sexe à dénoncer ce système comme une forme de proxénétisme d’Etat. Cette politique est complètement contreproductive s’agissant de la lutte contre le travail forcé. Ce n’est d’ailleurs pas le but affiché, qui est davantage de désigner les travailleurs du sexe comme une nuisance du simple fait de leur existence dans l’espace public. La répression génère surtout des violences contre les travailleurs du sexe qui n’ont évidemment en conséquence aucune confiance en la police. De fait, ces lois et ces arrêtés municipaux créent les conditions pour que la violence se développe. Les agresseurs en tirent profit car ils savent très bien qu’il est très difficile pour les travailleuses du sexe, surtout quand elles sont migrantes, usagères de drogues, ou transsexuelles, de faire enregistrer une plainte, que l’enquête soit menée et que Justice soit rendue.

Il y a régulièrement des attaques commises allant jusqu’au viol et au meurtre. Il y a encore quelques jours, une femme Nigériane a été violement attaquée au Bois de Vincennes. Aucun média ni responsable politique ne s’en est fait l’écho. Dans le meilleur des cas, ces violences sont rapportées dans les pages faits divers, mais en général, elles n’intéressent personne, comme si les travailleurs du sexe n’étaient pas des êtres humains comme les autres. Il faut briser ce silence. La vie humaine est plus importante que les spéculations immobilières qui poussent aux politiques de gentrification des villes. Il y a 10 ans, je travaillais moi-même dans la rue sur la place de la Porte Dauphine. J’ai connu ces violences et je veux qu’elles cessent. C’est en partie pour cela que j’ai choisi de m’engager en politique.

Thierry Schaffauser, candidat EELV à la marie de Paris et ex-travailleur du sexe

https://votezthierryschaffauser.wordpress.com/

Thierry Schaffauser @TSchaffauser

Mes propositions pour Paris

Ville

–          Soutenir la vie festive et nocturne

–          Davantage de zones piétonnes dans le centre ville

–          Améliorer l’accessibilité de la ville aux personnes handicapés, âgées, en poussettes et tous ceux se déplaçant à roulette

–          Débaptiser la place Jean Paul II, individu célèbre pour son homophobie, sa lutte contre l’avortement, contre le port du préservatif et pour couvrir des actes de pédophilie dans l’Eglise, et la rebaptiser place des morts du sida

–          Créer une rue Grisélidis Réal, peintre, écrivaine et prostituée

–          Abrogation de l’arrêté anti-camionnettes pesant sur les bois de Boulogne et Vincennes

Transports

–          Augmenter la disponibilité des bus de nuits

–          Elargir la gratuité des transports aux plus démunis

–          Développer des parkings à la périphérie de la ville et assurer un meilleur tarif préférentiel pour les résidents du quartier

Logement

–          Réquisitionner les logements et bureaux vacants pour les offrir aux SDF et mal logés

–          Défendre le droit des squatteurs d’occuper les espaces vacants

–          Encadrer le prix des loyers

–          Rendre obligatoire un quota de logements de coordination thérapeutique dans les nouvelles constructions ou réhabilitations d’immeubles du parc de logements sociaux de la Ville de Paris

Santé

–          Ouvrir des salles de consommation de drogues

–          Faire la promotion du fémidon (préservatif interne) avec une campagne à 1euro

–          Soutenir les projets de testing dans les clubs

–          Des campagnes de prévention ciblées, en plusieurs langues, et mise à disposition de capotes / gel dans tous les bars et lieux festifs

–          Manifester tous les 1er décembre contre le VIH/sida

 

Economie d’énergie

–          Installer des panneaux solaires sur les bâtiments municipaux afin d’économiser leur consommation d’énergie

Libertés

–          Organiser un défilé civil, pacifique, promouvant l’amour, la paix et commémorant les bienfaits de la Révolution française pour chaque 14 juillet

–          Instaurer une zone nudiste à Paris Plage et supprimer l’arrêté municipal contre le port du string

–          Assurer la protection des espaces de drague et sexuels en plein air dans les bois, parcs et jardins durant les horaires nocturnes

Femmes

–          Afficher la grille des salaires des employés de la ville de Paris afin de s’assurer de l’égalité de genre et de lutter contre toute discrimination salariale

–          Développer des centres d’accueil pour les victimes de violences domestiques et sexuelles, y compris en créant un centre spécial pour celles issues de couples de même sexe et pour tous les LGBT

–          Soutenir la disponibilité de centres IVG et des soins gynécologiques

LGBT

–          Autoriser le défilé de la Gay pride sur les Champs Elysées

–          Développer des centres d’accueil pour les jeunes LGBT chassés de leur famille

–          Développer un centre d’archives des mémoires LGBT

–          Participer chaque année à l’Existrans

Discriminations

–          Soutenir le parrainage républicain des sans papiers

–          Lancer une grande campagne contre l’islamophobie et contre l’instrumentalisation de la laïcité à des fins racistes

–          Assurer que les communications de la ville soient diffusées également en langue des signes et/ou sous titrées

–          Lancer un projet d’aidants sexuels pour les personnes handicapées

–          Continuer de commémorer officiellement les massacres du 17 octobre 1961

–          Commémorer le 24 avril 2015, centenaire du génocide arménien

Famille

–          Soutenir le développement de davantage de crèches

Social

–          Elargir la gratuité des cantines scolaires aux familles les plus pauvres

–          Création d’un projet de maison de retraite pour les prostituées âgées, isolées et précaires

–          Soutenir un service municipal d’aide aux personnes âgées pour les aider à faire leurs courses, les accompagner dans les transports, les aider à remplir les documents administratifs, etc

–          Réaliser la promesse de Delanoë d’accorder 500 logements sociaux aux séropositifs

Culture

–          Organiser une « Naked pride » dans les rues de Paris à vélo ou en roller

–          Défendre le principe de gratuité des musées

Education

–          Exiger la mise en place et l’approvisionnement régulier des distributeurs de préservatifs dans les collèges et lycées parisiens

–          Défendre l’introduction aux études féministes et politiques du genre dans les établissements scolaires à l’école et au collège